Josette Féral

Mise en scène et Jeu de l'acteur T.1

Martine Beaulne (Québec)

Martine Beaulne est née à Montréal en 1952. À sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 1975, elle s’associe au Théâtre Parminou, avec lequel elle travaille pendant neuf ans. Administratrice, animatrice et comédienne, elle participe à la création de plus de vingt-cinq spectacles présentés au Canada, en France et en Afrique.

En 1975, elle étudie la commedia dell’arte à Venise. Boursière du Conseil des arts du Canada en 1979, elle entreprend une série de stages au Japon, au Théâtre Tenkei notamment, et se consacre à l’étude du nô moderne. Elle y retourne en 1981 et en 1984. Quelques années plus tard, elle s’arrête au Danemark, chez Eugenio Barba (1988), puis suit un atelier avec Guy Freixe sur la comédie classique et moderne (1992).

À partir de 1984, Martine Beaulne participe à diverses productions théâtrales montréalaises : la Cuisine d’Arnold Wesker, la Médée d’Euripide de Marie Cardinal et la Vie de Galilée de Brecht au Théâtre du Nouveau Monde, Charli Charly et Charlie au Théâtre de la Veillée, Regards, la Femme d’intérieur de Robert Claing et la Pipe à papa de Robert Gravel au Nouveau Théâtre Expérimental. Sa carrière de comédienne la conduit aussi à la télévision, où elle collabore à des émissions pour adolescents, à des téléromans et à des téléfilms.

À titre de metteure en scène, Martine Beaulne crée de nombreuses pièces dont l’Arbre des Tropiques et Cinq Nô modernes de Yukio Mishima, Dom Juan d’Oscar Milosz, Pierre ou la Consolation de Marie Laberge, Macbeth de Michel Garneau (adaptation du texte de Shakespeare), Marina, le Dernier Rose aux joues de Michèle Magny, une adaptation de l’œuvre de Marina Tsvetaeva, Désir sous les ormes d’Eugène O’Neill, Gilmore. Que vaut la vie d’un homme ? de Pierre Legris, la Locandiera de Goldoni, la Jeune Fille et la Mort d’Ariel Dorfman, les Années de Cindy Lou Johnson, la Mégère apprivoisée de Shakespeare, Albertine, en cinq temps de Michel Tremblay, Rosemonde de Louis-Dominique Lavigne, Zoé perd son temps, un spectacle de marionnettes réalisé en collaboration avec le Théâtre de l’Œil et qui remporte le prix UNIMA aux Etats-Unis, ainsi que Jacques et son maître de Milan Kundera.

Au cours des dernières années, elle a mis en scène Une tache sur la lune de Marie-Line Laplante (1997), Ogre de Larry Tremblay, La Nuit des Rois (1998) et Roméo et Juliette de Shakespeare (1999), Le vrai monde? de Michel Tremblay, Dom Juan de Molière (2000), Le Monument de Coleen Wagner (2001), L’ouvre-boîte de Victor Lanoux (2002-2003), Un carré de ciel de Michèle Magny (2004), La cité des loups de Louise Bombardier, Top Girls de Caryl Churchill, La savetière prodigieuse de Federico Garcia Lorca et Avaler la mer et les poissons de Sylvie Drapeau et Isabelle Vincent en 2005, Blue Heart de Caryl Churchill et Fausses rumeurs de Neil Simon en 2006 et Toute Femme (2008). Sa mise en scène de la pièce Le déni sera présentée en 2009 au Théâtre Jean Duceppe.

Martine Beaulne a mérité plusieurs distinctions pour son travail à la scène. Gilmore. Que vaut la vie d’un homme ? et la Jeune Fille et la Mort lui valent le Prix de la meilleure production réalisée en région et la Locandiera remporte plusieurs Masques, dont celui de la meilleure production de l’année au Québec. Avec Albertine en cinq temps, Martine Beaulne reçoit le prix du public Loto-Québec et celui du Conseil des Arts de la CUM, section théâtre. L’adaptation télévisuelle de la pièce de Tremblay, coréalisée avec André Mélançon, a obtenu dernièrement le Prix Téléfilm Canada pour la meilleure production indépendante canadienne de langue française ainsi que deux prix Gémeaux.

Actuellement professeure en jeu et mise en scène à L’École supérieure de théâtre à l’Université du Québec à Montréal, Martine Beaulne a aussi enseigné au Conservatoire d’art dramatique de Montréal (de 1987 à 1991) et au cégep de Saint-Hyacinthe (1989).

Références

Internet :

Livre :

  • BEAULNE, Martine, Le passeur d’âmes : genèse et métaphysique d’une écriture scénique, Montréal, Leméac, 2004. 199 pages.

Articles :

  • BEAULNE, Martine « Une mathématique physique et climatique », in FÉRAL, Josette, Mise en scène et jeu de l’acteur, Entretiens, Tome I, L’Espace du texte, Montréal (Québec), Éd. Jeu / Éd. Lansman, 1997. pp. 65-78.
  • PAVENTI, Eza, « Albertine, en cinq voix », Jeu, no 83 (juin 1997). pp. 70-74.
  • VAÏS, Michel, « Former des metteurs en scène : pourquoi ? comment ? » Jeu, no 116 (septembre 2005). pp. 73-88.
  • HARE, John. «Notes biographiques» in Le théâtre québécois 1975-1995, sous la dir. de Dominique LAFON, Québec, Fides, 2001. pp.497-518.