Josette Féral

Mise en scène et Jeu de l'acteur T.2

Eugenio Barba (Danemark)

EUGENIO BARBA est né à Brindisi, en Italie. Il émigre en Norvège à l'âge de 17 ans et obtient son diplôme de maîtrise en lettres et en histoire des religions à l'Université d'Oslo juste avant de quitter son pays d'adoption en 1960 pour Varsovie (Pologne). C'est là qu'il commence son apprentissage de la mise en scène. Puis, après quelques mois, il part rejoindre Grotowski à Opole et devient un de ses disciples.

En 1963, Eugenio Barba se remet en route et se dirige cette fois vers l'Inde. Il s'intéresse tout particulièrement au kathakali ; cette forme de théâtre lui inspire un essai, qui sera publié en Italie, en France, aux États-Unis et au Danemark. À la même époque, il écrit également le premier livre consacré à Grotowski : À la recherche du théâtre perdu (1965).

À son retour de l'Inde en 1964, Eugenio Barba fonde l'Odin Teatret. Le groupe s'entend pour déménager d'Oslo deux ans plus tard et s'installe à Holstebro (Danemark) où il demeure actif à ce jour. Les activités de ce « théâtre-laboratoire » ont bientôt des répercussions à l'étranger avec Kaspariana (1967) et Ferai (1969). A l'Odin Teatret, l'accent est mis sur l'entraînement physique et vocal de l'acteur (Barba renouvelle les techniques d'entraînement), ainsi que sur l'improvisation et l'expressivité.

Au cours des quarante-quatre dernières années, Eugenio Barba a dirigé soixante-huit productions avec le Theatrum Mundi, l’ensemble interculturel de l’ISTA et avec l'Odin Teatret, dont certaines demandent plus de deux ans de préparation. Citons, parmi les plus célèbres, la Maison de mon père (1972), Cendres de Brecht (1982), Talabot (1985), l'Évangile selon Oxyrhincus (1988), Itsi-Bitsi (1991), Kaosmos (1993) In the Skeleton of the Whale (1997), Mythos (1998), Salt (2002), Great Cities under the moon (2003) et plus récemment, Andersen’s Dream (2005), Ur-Hamlet (2006) ainsi que Don Giovanni all’Inferno (2006).

Depuis 1974, Eugenio Barba et l'Odin Teatret ont établi un réseau d'échange international se basant sur le « troc » entre le groupe théâtral et le milieu qui l’accueille. Cela amène, par exemple, l’Odin Teatret à troquer son expérience avec celle de tribus primitives en plein cœur de l'Amazonie vénézuélienne aussi bien que dans des « regions sans théâtres » des campagnes et des métropoles. Le souci permanent de trouver les principes fondamentaux de la technique d’acteur explique la création, en 1979, de l'ISTA (International School of Theatre Anthropology, qui se propose de pousser plus loin une recherche comparative sur le jeu entre des formes théâtrales d'origines culturelles différentes (Asie, Amérique latine, Europe).

Eugenio Barba est l'auteur de nombreux ouvrages sur le théâtre. Parmi ses plus récentes publications, mentionnons l'Archipel du théâtre (1982), The Dilated Body (1985), Le Canoë de papier (1993), La terre de cendre et diamants. Mon apprentissage en Pologne (2000), Theatre : solitude, métier, révolte (2002) et surtout Anatomie de l'acteur (écrit avec la collaboration de Nicola Savarese) (1985), une oeuvre importante rééditée en 1995 et traduite en plusieurs langues sous le titre : l'Énergie qui danse, ainsi que Dictionnaire d’anthropologie théâtrale (2005). Eugenio Barba a donné de nombreuses conférences dans des universités à travers le monde et il est membre de comité de rédactions de plusieurs revues, e.a. New Theatre Quarterly (GB), TDR (USA) Performance Research (GB), Teatro e Storia (I).. Il a reçu plusieurs prix et distinctions tels que le Prix International Luigi Pirandello (Italie) en 1997, le Danish Academy Award (1975) et un doctorat honorifique de l'Université d'Aarhus (Danemark) en 1988. L’université du Québec à Montréal lui décerne en 1995 le prix de la « Reconnaissance du Mérite scientifique » et l’Université de Copenhague le Prix Sonning pour sa « contribution à la culture européenne ». Il reçoit par la suite plusieurs autres doctorats honoris causa d’abord de l’université de Bologna (1999), de l’université de Ayacucho (1999), de l’Istituto Superior de Artes à la Havane (2002), puis de l’University of Warsaw (2003), de l’University of Plymouth (2005) et de l’Academy for Performing Arts de Hong Kong (2006). Depuis 2004 il est le président du CTLS, Centre for Theatre Laboratory Studies,de l’université d’Aarhus et de l’Odin Teatret.